Psychothérapie et Relaxation en Biosynergie : Votre Mieux-Etre entre vos mains
 

Le Mystère de la Troisième Oreille par Philippe MARTIN

Le 3 septembre 2001, par Pierre LASSALLE,

Il tait une fois une contre lointaine, mythique, le pays de
la Licorne.  C’tait, disait-on, le lieu le plus sublime
que l’on puisse trouver sur cette terre. Les rares initis
qui en taient revenus la dcrivaient comme une terre de Lumire
 la plus pure que l’on puisse imaginer.

Tout cela n’tait pas tomb dans l’oreille d’un sourd, et Yvoh,
bien que malentendant, sentit son coeur se dilater et rsonner joyeusement
en entendant le rcit du Sage : " Ce lieu focalise en lui toute
la puissance d’Amour  de lUnivers.  Grce
nos anctres,  le Passage  troit qui y
conduit a t largi. Par leur courage hroque, 
il est maintenant accessible tous ceux qui lvent
suffisamment leur Vibration."

Cette nuit-l, Yvoh fit un rve  : Il ressentait
une douleur intense dans le coeur. Une Energie incroyable  en mergeait
et provoquait cette souffrance. Et pourtant cette sensation, aussi pnible
soit-elle, avait quelque chose de sublime. Il se voyait endormi, la tte
pose sur l’pe Excalibur  qu’une fe
tait venue poser l. La lame tranchante tait pose
plat sur le rocher, l’os situ prs de l’oreille. Il
la sentit vibrer d’une note merveilleuse. Son rocher puis toute sa cavit
cranienne entrrent en rsonance avec l’pe. Une
voix lui parvint : "Yvoh, tes souffrances sont bientt termines,
mais d’autres preuves t’ attendent. Aie confiance ! Tu nes pas seul...".
La Voix poursuivit "Voici le but de ta mission, ta LEGENDE PERSONNELLE :
 De mme qu’il existe un troisime oeil situ derrire
le front, de mme il existe une troisime Oreille, profondment
enfouie au coeur de 1’ Homme et de tout ce qui vit ; Il te faudra mourir
 puis renatre   toi-mme pour en dcouvrir
le Secret. Sache simplement qu’en ce lieu, tous les tres vibrent dans
1’ Unit du Son, la note fondamentale de lUnivers qui te
porte. Va, tu trouveras la cl dans le pays dont t’a parl le
Sage, et surtout, n’oublie jamais que tu es un tre humain port
par la Terre-Mre... "

Yvoh, le coeur joyeux, se mit en route vers le fantastique  pays
de la Troisime Oreille, le royaume de la Licorne. "Sois
constamment l’coute de ton coeur et de tes sensations. Ce sont
tes guides", lui avait dit le Sage.

Quand il vit l’Arc-en-ciel  devant lui, aprs avoir essuy
une averse, et tandis que resplendissait nouveau l’astre rayonnant,
 Yvoh sut que cela marquait l’entre du Passage.

Il arriva ainsi l’entre d’une gorge troite, et, tandis
qu’il y pntrait, il sentit son propre cou se serrer : L’preuve
du Courage  commenait... Il venait de quitter le monde connu,
rassurant, avec ses habitudes, pour aborder un Monde o la Surprise 
rgnait en Matre. Il commena ECOUTER de plus
en plus profondment au Coeur de Lui-mme.

Tout ce qui lui parvenait de l’ "extrieur " trouvait,
par un mystrieux  phnomne dOsmose,
 sa rsonance en lui-mme. Il tait en train d’apprendre
l’Art de la Communication  avec la Source de toute Vie. Surgit la
Voix de son Intuition  : "Quand tu feras l’intrieur
comme l’extrieur, et l’extrieur comme l’intrieur, alors
tu entreras dans le Royaume des Cieux... " (1). Par une sorte de ferie,
 Yvoh sentait fondre la frontire entre son Etre et
son environnement.

Cette nuit-l, il dormit profondment et plongea nouveau
dans le monde symbolique  des Rves... Surgi des profondeurs
de l’Infini,  prenant forme peu peu, il vit un Grand Christal
d’une Transparence parfaite. Son sommet tait ceintur d’un halo
de couleur pourpre. Tout en haut, sur la fine pointe du cristal  trnaient
un Roi et sa Reine.  Ils semblaient surgir d’une autre
Epoque. Le Roi  tenait en sa main droite la Rose de la
Vie
 et la tendait la Reine  en la regardant avec
une infinie  tendresse. Une Spirale d’Energie  enveloppait
le Christal d’une douce et pntrante Vibration, et le maintenait
en quilibre sur la fine pointe infrieure. Le Roi  lui
dit : " Ce Cristal  reflte la structure-mme
de l’Homme et de lUnivers.  Il porte la Vie au coeur-mme
de tes cellules et les rgnre en permanence. Pense fortement
lui lorsque tu seras confront l’Epreuve..."

Le soir tomba et Yvoh connut la faim : Faim spirituelle et faim physique.
Son estomac se rappelait lui. Comme par magie,  un Champignon
 surgit de terre  devant lui : "Moi aussi, jappartiens
au Grand Christal universel. Tu peux me manger et lever ton Energie
 ; tout ce qui passe par la bouche, lOralit,  est importante.
Ose dire ! "

Il y eut un nouveau matin ; Yvoh s’tira et bailla longuement,
plein de Gratitude envers le Ciel qui le guidait avec tant de Force. Chaque
Rve  largissait sa Conscience. Il poursuivit
son avance avec un sentiment oppressant de Solitude croissante. Il sentait
qu’il avait franchi un Seuil dans la Connaissance,  et que les messages
des Rves l’entranaient vers ce que l’on peut
bien appeler le SENS de la Vie. Grce son But, sa LEGENDE PERSONNELLE,
chaque vnement, chaque rencontre s’enrichissait d’une Signification
 toujours plus vaste. Parfois, son mental s’effrayait devant cette
Vastitude. Bien vite, il revenait son Corps, ses sensations physiques,
son Souffle. Cela lui donnait un sentiment de Scurit en le ramenant
dans le Concret de la Vie.

Et 1’Epope  se poursuivit... Yvoh dut surmonter
maintes pripties...

Le Passage  se rtrcissait de plus en plus. Une
question lui traversa l’esprit :

"Que ferais-je de tout cela pour les autres ? ".... Et l’trange
Voix profonde de lui rpondre : " Sois simplement, par ton
rayonnement, le Transmetteur transparent de mon Amour. Ne cherche pas
faire ; laisse ton Etre s’exprimer et couter la Vie en chacun, en chaque
chose... Sers la Nature en coutant Sa Voix dans ton Coeur,
et tu sauras, d’instant en instant, ce qu’il y a faire... Et laisse
couler librement l’Energie  entre tes pieds et la Terre. N’oublie
jamais... "

Maintenant, le Passage tait si resserr qu’il ne
pouvait plus passer. Il ressentait dans sa propre gorge que " a
serre l ". Plus moyen d’avancer. Sentiment d’impuissance..
N’tait-il parvenu jusque l que pour mourir au fond d’un trou ?...
Angoisse, peur... Dans un premier temps, il ne put accepter l’preuve.

Alors, nouveau, il se tourna vers son Coeur et couta l
o se focalisaient toutes les vibrations de son Etre. "Autorise-toi
lcher- prise,
lui dit la Voix intrieure ; sois sans
crainte et je te porterai.. Laisse la Mort emporter ton petit moi, avec
son cortge de peurs et de dsirs, et l’Extraterrestre  en
toi surgira".

Il entendit encore : " Autorise-toi Grandir !... "

Aprs bien des hsitations, et une nuit sans sommeil, Yvoh
rendit les armes et entra dans une dimension d’Acceptation qu’il n’avait encore
jamais connue. Quelque Chose de si large, si vaste s’ouvrit en son Coeur, toute
de Beaut et de Grce, subtile comme l’Ether.  Il
ressentit l’alignement de tous ses centres d’nergie, vibrant
sur la Note pure du SON, avec une douceur et une Bienveillance sans pareille.
Il se sentit aim comme jamais, et Cela tait en mme temps
Amour de soi  et de tout ce qui vit. Un chant de Gratitude jaillit
de son Coeur.

Le Passage  extrieur s’largit simultanment,
comme par magie.

A peine l’eut-il franchi qu’il se rendit compte que le travail n’tait pas termin :

Au centre d’un grand cercle de Feu  en forme d’Oreille, l’attendait
un Chevalier, l’pe entre les deux mains, revtu
d’une armure et d’un heaume noirs. Il ne pouvait se drober
l’Epreuve ultime, et s’avant dans le cercle les mains nues. De
l’Oreille de Feu, il entendit : « Je suis Ta Force, Ton Roc, Ton
Rempart, Je t’aime, Yvoh... »

Il centra son Attention sur 1’ immense Espace de Paix, de Joie et de Srnit
qui s’tait ouvert en son Coeur... Il sentit l’pe Excalibur 
en jaillir et se matrialiser entre ses mains.

Le Combat  commena dans ce dcor surnaturel.
 Les pes s’entrechoqurent. Yvoh ne
ressentait aucune peur, seulement un immense sentiment de Bienveillance  en
son Coeur, doubl d’une grande Fermet. Ce n’tait plus
lui qui agissait. Son bras tait dirig par la Force d’Amour
 qui l’habitait et grandissait chaque choc des deux lames.

Pour tout l’Or  du monde, Yvoh n’aurait voulu manquer ce
moment-l. Il se sentait sa place, au juste moment, en train
de faire ce qui devait tre fait. Le Combat  tait
quilibr et semblait ne jamais devoir prendre fin...

Son pe chantait de plus en plus fort, et Yvoh la laissait
faire son travail, sans effort apparent, alors que son adversaire commenait
s’essouffler. L’agressivit d’Yvoh, ncessaire
en une telle situation, tait semblable la dvotion guerrire
de Mars : Un maximum de dtermination, dans un maximum de relchement.
C’tait la condition ncessaire pour atteindre le Royaume de la
Sur-Vie.  Ainsi, il parvint dsarmer son Adversaire.
Le combat prenait fin, et Yvoh, la main tendue,  s’approcha
de lui. Trs digne, celui-ci commena retirer son casque.
Le soleil dclinant claira son beau visage de ses rayons dors...

Et ce Visage n’tait autre que le sien !...

C’tait la Face sombre de son tre qu’il avait tant combattue
jusque l, qui, enfin, naissait la Lumire de la Vie.
Dans cet Espace vibrant d’Amour, la Rencontre se ralisait.
Plus rien ntait refus... Rintgration... Et
il vit dfiler sa vie devant ses yeux, son adolescence, son enfance...
" Viens, Yvoh enfant, dans l’ immense Espace du Coeur, Tu
es accueilli tel que Tu es, Tu es accept, cout. Je reconnais
en Toi l’Essence mme de mon Etre... "

L’Oreille de Feu se mit briller plus fort dans la nuit, et Yvoh connut en son Coeur la douce et tendre Vibration de la Troisime Oreille...

 

La Roue de la Vie  tourna d’un cran.

Un nouvel pisode de la Lgende des Sicles

Venait de s’inscrire dans la Grande Mmoire.

 

Au- del du Pays de la Licorne, commence le Pays du Cheval Ail.

On y accde par l’Escalier vers le Ciel.

Pour l’atteindre, L’aspirant doit djouer la Sorcellerie !

Mais ceci est une autre histoire...

Les mots en italique sont l’expression d’un travail de groupe autour du mot "Lgende Personnelle" pendant le stage "Gnrescence" anim par Yves et Janine Ropars en aot 2001.

SPIP 1.9.2d [11132] | BliP 2.4 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 122 (186618)